Antoine Dubruel, sur les « tristes traces » de l’invisible

Denise Lagarde-Collet

Texte de présentation – exposition Gordes – 2008