Antoine Dubruel, sur les « tristes traces » de l’invisible.